La faim des sept ours nains, Emile Bravo, éd. Seuil Jeunesse – 2005

La faim des sept ours nainsC’est l’hiver et les sept ours nains crient famine. Tout ce qu’il leur reste, c’est une maigre portion de lait – car ils ont voulu vendre leur vache pour acheter du pain d’épices mais l’ours qui en était chargé l’a vendue à un vieillard tremblotant en échange d’un haricot magique sauf que l’ours ne sait plus pourquoi il est magique –. Le chat aux bottes fourrées vient trouver refuge chez eux par une nuit de tempête. Il semblerait qu’il ait la solution à leurs problèmes de nourriture…

Et c’est parti pour une succession d’aventures trépidantes, succulentes et tordantes de cette BD au format à l’italienne qui met en scène des ours bruns pas très malins, parsemée de petites réflexions glissées de-ci de-là qui ne manquent pas de nous faire rire !

Le petit Poucet, Les sept Nains, Le chat Botté, Hansel et Gretel, Les trois petits cochons ou encore Jack et le haricot magique… les histoires se mêlent, s’emmêlent et s’entremêlent avec soin mais surtout avec goût ! 

À partir de 6 ans – 26 pages

Publicités

Le petit sapin, d’après Andersen / illustré par Charlotte Gastaut, éd. Le père castor – 2014

Le petit sapin

C’est l’histoire d’un sapin qui rêve de devenir grand. Chaque année, à la période de l’hiver, il se demande où s’en vont tous les grands sapins qui l’entourent. Des moineaux lui répondent qu’ils prennent le large sur de grands bateaux, d’autres qu’ils brillent de mille feux, trônant fièrement au milieu d’un salon. La brise et les rayons du soleil lui murmurent de profiter pleinement de sa jeunesse et de sa liberté, mais le petit sapin ne les entend pas et continue d’espérer vite devenir grand.

Un jour, tranché sec d’un coup de hache, il se réveille dans une cour où il sera emmené dans une grande maison. Là, il est habillé de petits cornets de couleurs, de bonbons et de noix dorées. Il s’illumine, brillant sous la flamme de petites bougies, rehaussé d’une étoile dorée. Le sapin est fier, ils voudraient que tous viennent l’admirer.

Mais un matin, Noël passé, le sapin est abandonné dans le grenier. Seul, dans le noir, il se remémore la chaleur des rayons du soleil et attend son retour dans la forêt… Heureusement, deux petites souris viennent lui tenir compagnie. Il leur parle alors de ses souvenirs, du soleil qui brille, du chant des oiseaux, et de Noël aussi…

Le petit sapin 2

« Bientôt arriva un homme qui coupa le sapin en petits morceaux, et en fit un grand feu de joie. Les enfants vinrent s’asseoir devant les flammes et criaient « Pif ! paf ! » à chaque crépitement. Le sapin, lui, songeait à un jour d’été dans la forêt, ou à une nuit d’hiver sous le scintillement des étoiles. Il pensait au soir de Noël et à Doumpe-le-Ballot, le seul conte qu’il eût jamais entendu et qu’il avait su répéter… ». 

À partir de 6 ans – 22 pages

Un petit chaperon rouge, Marjolaine Leray, éd. Actes Sud Junior – 2009

Un petit chaperon rouge

Les illustrations au crayon avec un trait et un coloriage enfantins viennent donner le ton à ce petit album au format à l’italienne plein de malice et d’humour. De ces petits gribouillis naissent pourtant des personnages éminemment expressifs. 

Un loup impressionnant aux grandes dents aiguisées, un petit chaperon rouge innocent, voire même naïf. Voilà comment l’histoire commence, de manière tout à fait traditionnelle. 

Un petit chaperon rouge 2

L’on craint pour le petit chaperon rouge lorsque le grand loup dépose cette toute petite fille sur une table. Et ce n’est là que le début d’une série de remarques, tout à fait dans le ton de l’innocence de l’enfant. Un petit chaperon rouge qui tient tête au loup, de façon tout à fait inattendue. 

« – Oh la la ! comment t’as d’grandes oreilles

    – C’est pour t’écouter…

    – T’es poilu aussi ! »

Et au fil des remarques, le loup de s’approcher de plus en plus près, gueule ouverte, prêt à dévorer le petit chaperon rouge posté devant lui. Mais contre toute attente, quand le loup annonce au petit chaperon rouge qu’il va le manger, une seule réponse : « non ». Non ? Alors ça le loup ne s’y attendait pas.

Et surgit alors la remarque qui va choquer le loup : « t’as mauvaise haleine »… Le Petit Chaperon rouge pourrait bien avoir une solution pour remédier à cela…

Un petit chaperon rouge 3

Le mot de la fin n’est pas dénué d’humour, bien au contraire ! C’est à se demander qui est le plus naïf des deux…

À partir de 6 ans – 40 pages

La Belle et la Bête, Madame Leprince de Beaumont / David Sala, éd. Les Albums Casterman – 2014

téléchargement (4)

Les illustrations pleines pages de David Sala viennent magnifier ce célèbre conte qu’est La Belle et la Bête. Un art tout à fait à la hauteur de l’écriture de cette histoire, enrichi de formes, de couleurs et de techniques de dessin. 

« Belle ne put s’empêcher de frémir, en voyant cette horrible figure : mais elle se rassura de son mieux, et le monstre lui ayant demandé si c’était de bon cœur qu’elle était venue, elle lui dit, en tremblant, que oui ». 

téléchargement (5)téléchargement (6)

À partir de 8 ans – 64 pages

Contes de Chine, l’origine des grandes fêtes, Guillaume Olive / He Zhihong, éd. Seuil Jeunesse – 2014

Contes de ChineCet album nous fait découvrir huit contes merveilleusement illustrés de peintures aux tons rouges, beiges et noirs, sur papier de riz. 

Issus de légendes, ces contes reprennent les huit plus grandes fêtes traditionnelles de Chine : la fête du printemps, la fête des lanternes, la fête Qingming, la fête Duanwu, la fête Qiqiao, la fête de la mi-automne, la fête Chongyang et la fête de Laba. 

De belles légendes autour de courses de monstres terrifiants, de bateaux-dragons, de gâteaux de lune. Des fêtes pour célébrer la famille, trouver l’âme sœur, pour apprendre à surmonter les difficultés de la vie ou encore pour se souvenir que l’on doit prendre soin de son bien. 

« Selon la coutume, en Chine, les jeunes filles contemplent le ciel étoilé afin d’y observer la rencontre annuelle des étoiles Altaïr (le bouvier) et Véga (la tisserande), de part et d’autre de la voie lactée. Elles implorent alors le ciel d’être un jour aussi habile que la tisserande et de pouvoir trouver l’âme sœur ». 

Au début de chaque conte, le lecteur trouvera une présentation rapide du conte expliquant l’origine de la fête. À la fin, un petit cahier d’activités emblématiques comme la recette des raviolis, la fabrication de lampions en papier ou encore d’un cerf-volant. 

Contes de Chine 2

Titre des contes : 

  1. Nian le terrible
  2. La demoiselle d’honneur Yuan Xiao
  3. La montagne de cendres
  4. L’exil du poète Qu Yuan
  5. Le bouvier et la tisserande
  6. La déesse Chang’E
  7. À la recherche du maître Fei Zhangfang
  8. Le dormeur et la passoire

À partir de 6 ans – 54 pages

 

Le Rossignol et l’empereur de Chine, Kochka / Qu Lan, éd. Chan-Ok – 2013

ImageDans les vastes jardins de l’empereur de Chine, vivait un rossignol gris, dont la voix merveilleuse et paradisiaque enchantait toutes les âmes. L’empereur, qui ouï dire des qualités symphoniques de ce petit oiseau, l’emmena dans son palais, et l’enferma dans une cage dorée pour que celui-ci berce le lieu de ses chants sacrés.

Mais un jour, l’empereur se voit offrir un rossignol mécanique fait d’or et d’argent et parsemé de diamants…  L’oiseau mécanique pourra-t-il remplacer le chant divin du petit rossignol ?

« La musique qui coulait de lui semblait venir du paradis. Elle chantait les éclaircies, la lumière après la nuit, le riz qui monte après la pluie ».

Ce conte, adapté de celui d’Andersen du même titre, nous chante les louanges de l’espoir et de la liberté à travers une histoire poétique pleine d’émotions, aux illustrations à la fois colorées, douces et détaillées. 

À partir de 8 ans – 32 pages

Les Enfants qui plantaient des arbres, V. Tadjo / F. Koenig, éd. Oskar Jeunesse, 2013

ImageCe conte relate l’histoire d’un village ancien, entouré d’une forêt merveilleuse, où tous les habitants vivent en harmonie avec la nature. Mais un jour, les volcans se réveillent, la terre tremble, tout est détruit. Sans arbres, le village se meurt. Les enfants sont déterminés à le sauver, et partent à la recherche de graines à planter, le vent et les oiseaux seront des alliés précieux… 

Inspiré du roman L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono, ce conte sensibilise les enfants au respect de la nature, à l’évidence d’une écologie sacrée. Des illustrations pleines pages, très colorées, participent à la construction de cet univers qui se régénère. 

À partir de 6 ans – 28 pages