520 km, Max de Radiguès, éd. Sarbacane – 2012

520 kmSimon, 14 ans, passe les vacances d’été à Arcachon avec sa mère. Pianotant sur Facebook depuis son ordinateur, il réalise que Louise, sa petite amie, a changé de statut, passant de « En couple » à « Célibataire ».

Pris de malaise, Simon envoie d’emblée une foule de message afin d’obtenir une explication : la cause à cela est le père de la jeune fille, qui la considère trop jeune pour avoir un petit ami. Simon n’est pas d’accord, il aime Louise, et personne ne pourra les séparer. Ce pourquoi il décide de fuguer afin de retrouver sa belle, qui se trouve à 520 km de lui. N’ayant aucun moyen de locomotion autre que ses jambes, il fait du stop afin de rejoindre Montpellier.

Mais le voyage ne sera pas simple, ponctué de rencontres étonnantes, étranges voire inquiétantes. Simon a-t-il bien eu raison de s’embarquer dans ce voyage ? Le risque en vaut-il vraiment la peine ?

Une bande-dessinée pour passer un bon moment de lecture. Les dialogues sont relativement courts, l’histoire n’est donc pas trop longue, juste ce qu’il faut pour la découvrir. Des dessins simples aux coloris justement choisis qui nous plongent dans l’aventure avec Simon, où l’on fugue et l’on fait de l’auto-stop avec lui, où l’on craint pour lui lors de ses rencontres inconnues, et où l’on compatit avec lui lors de son arrivée à Montpellier…

64 pages – À partir de 12 ans

Publicités

America’s got Powers, T. 1, Jonathan Ross / Bryan Hitch, éd. Panini Comics – 2015

America's Got PowersCela fait 17 ans qu’un cristal venu du ciel est apparu sur la ville de San Francisco, faisant émaner une lumière vive, suite à quoi les femmes alors enceintes ont donné naissance à des êtres dotés de supers pouvoirs, physiques ou psychiques. 

Aujourd’hui, l’émission de télé réalité America’s Got Powers met en scène ces ados aux pouvoirs surnaturels. Disposés au centre d’une arène, ceux-ci n’ont d’autre choix que de s’engager dans des combats toujours plus violents au fil des saisons, de quoi attiser l’intérêt du téléspectateur avide de ces luttes pouvant mener à la mort… 

Cette BD super héroïque aux coloris bien plus sombres que ne le laisse présager la couverture est en réalité une véritable critique du pouvoir médiatique. BD aux fortes allures d’Hunger GamesAmerica’s Got Powers nous entraîne au coeur d’une société dirigiste à l’enjeu unique : décrocher dans cette lutte sans merci une place au sein du groupe Génération Pouvoirs. L’histoire se recentrera sur Tommy Watts, surnommé Zéro du fait de son absence totale de pouvoirs. À moins que ceux-ci ne se soient pas encore manifestés… 

 AmericaAmerica 2

Les illustrations se veulent au plus proche de la réalité et représentent bien le réalisme dans l’art, étant agrémentées de nombreux détails – peut-être un peu trop, au risque de venir troubler la lecture -. De même, les cases se mêlent et s’entremêlent, et dans cette fusion de couleurs et de flashs-back, difficile de ne pas s’y perdre. Une lecture qui se fait un peu longue dû à la volonté de nous présenter l’univers ainsi que les personnages qui le composent, mais à notre grande surprise, le rebondissement de la dernière planche donne finalement et indéniablement envie de lire et de découvrir la suite de l’histoire ! 

Le livre de Piik, T. 1 Le secret de Sallertaine, Cazenove / Cécile, éd. Bamboo – 2015

Le livre de PiikPiik, 10 ans, est destiné au même avenir que son père : être bourreau. Mais il s’y refuse catégoriquement. Ce qu’il aime, ce sont les plantes médicinales et leur usage, passion qui lui a été léguée par sa mère, brûlée au bûcher comme sorcière.

Un jour, Sallertaine, la jeune fille muette du village, fait parvenir à Piik une lettre de sa mère. Ne sachant lire, il va devoir quitter son père et son village, ses amis, accompagné d’Olaf, son fidèle compagnon renard, pour partir à la ville apprendre à lire et pouvoir enfin déchiffrer ce message, entouré de secrets.

Le livre de Piik 3L’histoire, qui se passe au Moyen-Âge, est riche en événements et en rebondissements. Nous suivons au fil du récit Piik, petit garçon vif et rusé ainsi que son attachant renard qui l’aide dans ses entreprises. Une bande-dessinée drôle, entraînante, avec de beaux coups de crayon, très colorée. On attend la suite…

Le livre de Piik éLez livre de Piik 3

À partir de 8 ans – 48 pages

Rocky et Cie, T. 3, L’anniversaire d’Enzo, Stephan Valentin / Jean-Claude Gibert, éd. Pfefferkorn – 2014

EnzoC’est bientôt l’anniversaire d’Enzo, et il veut faire une grande fête pour l’occasion. Il faut déjà dresser une liste d’invités, et Enzo décide de convier tous ses camarades de classe. Mais tout se complique lorsque Victor, un autre garçon de la classe décide également de fêter son anniversaire, et ce le même jour que celui d’Enzo. Pauvre Enzo, moins « populaire » que Victor, personne ne viendra à son anniversaire, hormis ces fidèles amis : Rocky, Mia, Rosalie et Arthur. Il semblerait bien qu’Enzo n’ait plus l’envie de faire la fête, lui qui était si impatient d’inviter tout le monde.

Ce 3ème tome des aventures de Rocky et Cie soulève ici une fois de plus un thème important : celui de la fête d’anniversaire. Car ce sont toujours les mêmes questions : qui dois-je inviter ? Est-ce que tout le monde viendra à ma fête ? En amont, d’autres points viennent se superposer : celui de la popularité, celui des cadeaux à offrir, celui d’accepter que tout le monde ne puisse pas venir et enfin, une question d’importance : fêter son anniversaire, c’est grandir et acquérir davantage d’autonomie et de responsabilités.

Mais fêter son anniversaire, c’est avant tout un événement spécial : la fête du jour où l’on est né. Et c’est pour cela que l’important, c’est d’être avec ceux qui comptent vraiment. 

À partir de 6 ans – 48 pages

Rocky et Cie, T. 2, Vive la liberté, Stephan Valentin / Jean-Claude Gibert, éd. Pfefferkorn – 2013

libertéTandis que Mia, Rosalie, Enzo et Arthur visitent un zoo, Rocky doit attendre bien sagement. Mais voilà qu’il décide d’y entrer en douce… Empruntant une canalisation, le voilà nez à nez avec Christie, une éléphante d’Afrique qui est là depuis 60 ans déjà. Tout d’abord apeuré, Rocky comprend vite que Christie ne lui veut aucun mal, bien au contraire : ce qu’elle veut, c’est déjà un ami pour jouer, mais surtout s’évader pour retourner vivre sur ses terres… Mais il est tard et Rocky doit rentrer. Car lui à la liberté d’aller où il veut. La nuit venue, il ne cesse de penser à sa nouvelle amie, seule dans son enclos, et décide d’échafauder un plan pour l’aider à s’évader…

Dans ce livre, la question de la liberté est le thème principal : quelle est la liberté de chacun ? Que signifie vraiment la liberté ? Ce qu’il faut retenir, c’est que la liberté est un droit précieux offert à chacun, que liberté signifie aussi respect de l’autre car : la liberté s’arrête là où commence celle des autres. 

À partir de 6 ans – 48 pages

Rocky et Cie, T. 1, Rosalie veut un lapin, Stephan Valentin / Jean-Claude Gibert, éd. Pfefferkorn – 2013

LapinAprès une visite dans un refuge pour animaux, Rosalie voudrait adopter Fred, un petit lapin blanc. Elle ne cesse de penser à lui, mais il faudra d’abord réussir à convaincre ses parents, qui ne voient là au départ qu’un caprice. Car il faut savoir avant d’adopter un animal qu’il ne s’agit pas de peluches mais bien de petits êtres vivants qui demandent des soins et de l’attention. Alors la décision prise, Rosalie parviendra-t-elle à s’occuper de son petit compagnon ?

Tous les enfants veulent un animal de compagnie. Mais cela s’accompagne souvent de contraintes : comme nous le dit l’histoire, trop d’animaux sont abandonnés parce qu’ils demandent de l’attention et des soins. 

Un livre pour apprendre aux enfants à prendre soin de leurs petits amis mais aussi à avoir des responsabilités. À la fin de l’histoire, un résumé éducatif des règles à retenir avant d’adopter un animal : les attitudes à avoir, les contraintes à savoir ou encore les bonnes questions à se poser. 

À partir de 6 ans – 48 pages

Rouge Tagada, Charlotte Bousquet / Stéphanie Rubini, éd. Gulf Stream – 2013

Rouge TagadaRouge Tagada, c’est la couleur d’un bonbon, de l’amour, de la passion. C’est la couleur et le parfum d’un premier émoi amoureux. L’histoire d’une jeune fille de quatrième, Alex, de sa bande de camarades d’école parmi lesquels il y a les timides, les pimbêches, les garçons maladroits, les amis sur qui l’on peut conter. Et il y a aussi Layla, la nouvelle. La belle Layla, qui devient la meilleure amie d’Alex, mais aussi son inspiration, son petit bonheur sucré.

Un petit goût sucré pour cet amour naissant qui, malheureusement, sera sans lendemain, puisque non partagé. Mais cette BD au titre savoureux ne conte pas moins avec justesse et pudeur les premiers amours et le thème de l’homosexualité. En adéquation avec les préoccupations adolescentes, oscillant entre amitié et amour, ce roman graphique tendre et poétique s’achèvera sur une petite note aigre-douce. 

À partir de 13 ans – 56 pages