La théorie de la contorsion, Margaux Motin, éd. Marabout, coll. « Marabulles » – 2010

la-theorie-de-la-contorsion« Je suis quelqu’un d’assez souple, dans la vie, en général. J’veux dire, je m’adapte à peu près à toutes les situations. Mais dès qu’on essaie de me ranger dans des cases et de me coller des étiquettes, je suis trop nombreuses, on fait des crises de claustrophobie. C’est mauvais pour mon teint et en plus, après, je digère mal. Je veux bien être  » Mère « , ça me va.  » Illustratrice « , c’est cool.  » Fiiiille « , ça me satisfait, de toute façon, si je devais faire pipi debout, j’arrêterais pas de saloper mes godasses. Mais je ne peux pas être que ça, tout le temps. Je veux être libre d’être toutes les femmes que j’ai envie d’être, même celles auxquelles j’ai pas encore pensé, même celle que je ne pensais pas vouloir être y’a cinq minutes. Et ça me semble évident que ça serait archi pas écologique tout le papier qu’il faudrait pour coller des étiquettes à toutes ces bonnes femmes… Donc autant nous laisser courir toutes nues dans les champs de pâquerettes. » 

Cette BD fait suite aux extravagantes et pittoresques aventures de Margaux Motin, femme mariée, môman, illustratrice et bien d’autres titres encore, que nous avions découvert avec beaucoup d’humour dans J’aurais adoré être ethnologue… 

Une série de planches dans lesquelles l’on retrouve la simplicité et la légèreté agréables du coup de crayon de Margaux Motin. Une BD cependant qui ne lésine pas, une fois de plus, sur le côté cru pour ne pas dire trash des dialogues : peut-être même inutilement un peu trop ? Somme toute, encore un agréable moment, efficace dans sa veine humoristique. 

la-theorie-2 

BD Adulte – 176 pages

Publicités

J’aurais adoré être ethnologue, Margaux Motin, éd. Marabout, coll. « Marabulles » – 2009

jaurais-adore-etre-ethnologue« … j’aurais étudié la symbolique de la chaussure à talon chez les pygmées, observé la fréquence d’épilation des femmes en Amazonie, établi une typologie du bébé morue dans les sociétés inuit, j’aurais même probablement appris à construire une pirogue avec une bretelle de soutif et une tong, et pris des cuites à l’alcool de manioc. La vie aurait été une course folle, une nuit d’ivresse interminable,un vaste champ de possibles ! Mais je suis une grosse feignante, je vomis quand je suis soûle et j’ai peur des guêpes. Et puis, de toute façon, tout ce que je sais faire, c’est dessiner … « 

Femme mariée, mère (et même môman), véritable fashionista des petits souliers, blogueuse et illustratrice, Margaux Motin nous livre des parcelles de sa vie avec beaucoup d’humour.

Une caricature pittoresque, moderne et dynamique, dont les dialogues crus (et même parfois très crus !) sont contrebalancés avec l’épuration des dessins, aériens et simples. Non, Margaux Motin ne fait pas de manière quand elle veut s’exprimer. 

Un régal de lecture, idéal pour se détendre et s’amuser ! 

En bref, une BD de fille pour les filles ! 

jaurais-adore-2BD Adulte – 176 pages